GEDS | Réussir vos études de Santé en Europe » Communiqué

Nos actualités

Communiqué
5 Mar 2020 296 vues

Communiqué

Communiqué  : Site malveillant

 

Par Gilles BELISSA le 5 mars 2020

 

Je prends le temps de vous écrire aujourd’hui en réponse à la diffusion, par un site internet, d’informations mensongères, dénigrantes et diffamantes à mon encontre, à l’encontre de ma famille et de l’organisme GEDS que j’ai créé en 2015.

 

Ce site, prétendument créé par un étudiant bafoué, s’avère en réalité être le second du genre. En effet, sa mise en ligne intervient après qu’un précédent et premier site internet, identique en tout point, ait été fermé après l’intervention de la justice française. 

 

Le précédent site internet, appelé “contrepoison”, a été enregistré auprès d’un Registrar situé en République Tchèque. À la suite d’une procédure judiciaire engagée en France, ce site Internet a été fermé.

 

Les démarches entreprises par GEDS ont, en outre, permis de constater que le ou les auteur(s) de ces deux sites Internet, dont l’identité officielle sera prochainement établie sans plus aucune ambiguïté, n’ont pas hésité à usurper l’identité d’un tiers, Mme A G. faussement présentée comme la propriétaire des noms de domaine et donc des sites Internet litigieux. La justice française a été avisée de cette usurpation d’identité. 

 

Le site actuellement en ligne a, quant à lui, été enregistré en Asie dans l’unique but de pouvoir échapper à la justice Française. Il ne dispose d’aucune mention légale, et aucun auteur n’est cité. Les procédés indignes utilisés par le ou les auteurs de ce site, nous renvoient malheureusement aux heures les plus sombres de l’histoire de notre pays. 

 

Nous avons mis en œuvre toutes les mesures nécessaires (plainte, requête judiciaire, réalisation de constat informatique etc.) afin de ne pas laisser une personne mal attentionnée dénigrer nos services ou encore semer le doute sur la qualité de notre travail.

 

Se faisant passer pour un “étudiant”, cette personne fait semblant de raconter son histoire avec nos services mais nous montrerons clairement ici qu’il n’en est rien.

 

Bien que l’essentiel des allégations évoquées dans ces sites présente un caractère mensonger, diffamatoire (voire relevant de la paranoïa), la virulence et l’impact des propos nous obligent à répondre factuellement à chacune des allégations (reproduites dans les encadrés ci-dessous)

 

Un point sur l’auto-entretien mensonger de Gilles Belissa

Gilles Belissa, le représentant de GEDS en France, a publié sur le site de son organisme, un entretien dans lequel il fait son auto promotion. Cependant, dans cette interview parue en mai 2018, le fondateur des Grandes Etudes Européennes de Santé ment constamment. Retour sur les propos de Gilles Belissa.

Les mensonges de Gilles Belissa

Dans son interview, diffusée sur Internet pour le compte de GEDS, Gilles Belissa le fondateur et représentant de l’organisme en France, fait croire qu’il vit, depuis 2016, à Porto alors que c’est faux. En effet, il ne dispose d’aucun domicile au Portugal. Il vit à Paris.

Le comble du paradoxe est que son fils ne fait pas ses études de médecine dans les établissements que recommande GEDS (CESPU ou EGAS MONIZ). Il étudie dans une véritable université : Fernando-Pessoa.

 

Gilles BELISSA :

 Je ne suis pas le représentant de GEDS en France mais le Président de la société Grandes Études Européennes de Santé (GEDS) LDA basée à Porto au Portugal.

Les allégations sur mon lieu de résidence sont tout simplement mensongères. Je n’habite plus en France depuis 2016, et ce bien que j’y viens régulièrement pour des raisons personnelles mais également professionnelles puisqu’un bureau de représentation de GEDS a effectivement été ouvert en France dans le courant de l’année 2019.

S’agissant de mon fils à présent. Ce dernier a été admis, en septembre 2013, dans une école en France qui – après 5 mois d’études – a perdu toute possibilité de diplômer des étudiants malgré les promesses faites par ses dirigeants. En avril 2014, cette école a perdu toute habilitation de l’université portugaise avec laquelle elle travaillait et elle a été interdite d’exercice en France. Cette interdiction a été confirmée en appel puis en cassation.

 

http://www.union-dentaire.com/wp-content/uploads/2017/12/cassationclesi.pdf

http://www.ordremk.fr/wp-content/uploads/2017/11/cp-clesi.pdf

 

Mon fils a alors postulé au sein d’une université au Portugal où il a été admis en juillet 2014, tout comme des centaines d’autres étudiants de son ancienne école. 

Il sera diplômé en Chirurgie-Dentaire (appelé Médecine Dentaire au Portugal) en 2018.

Il est aujourd’hui chirurgien-dentiste et il exerce sa profession en France en même temps qu’il finit sa spécialité en orthodontie à l’école supérieur d’orthodontie (ESO).

 

*          *          * 

 

Toujours dans son entretien en ligne, Gilles Belissa prétend que « GEDS est devenu l’organisme portugais leader en Europe dans la promotion et la gestion des candidatures des Universités de santé en Europe ». Ce qui est totalement faux car aucune université de santé n’a conclu un seul accord avec lui. 

 

GEDS :

Tous les candidats de GEDS savent que GEDS est un organisme privé en charge des candidatures internationales auprès d’établissements supérieurs de santé portugais, tels que CESPU près de Porto, Egas Moniz près de Lisbonne, EUVG près de Coimbra. Il suffit de contacter les universités pour le savoir.

 

Compte tenu des propos, de leur impact et de l’objectif recherché, nous avons la conviction que ces messages ne peuvent provenir d’un étudiant victime de GEDS et avons une idée précise de la provenance de ce dénigrement. 

 

 *         *          * 

 

De plus, le CESPU et EGAS MONIZ ne sont pas des universités mais des établissements d’enseignement supérieur, ce qui est très différent. En conclusion, il ne peut donc prétendre être leader en Europe. Ces établissements portugais prennent aussi un gros risque en laissant Gilles Belissa affirmer une telle chose, car c’est une tromperie majeure.

 

GEDS :

La Direction générale de l’enseignement supérieur Portugais (DGES) reconnaît différents type d’établissements d’enseignement supérieur selon leur statut.

Les 2 établissements ayant le plus de places habilitées en Médecine Dentaire sont nos établissements partenaires, à savoir l’IUCS de la coopérative CESPU de Porto et l‘IUEM de la coopérative EGAS MONIZ de Lisbonne. Ces établissements ont chacun 120 places par an, ce qui est davantage que tous les autres établissements d’enseignement supérieur au Portugal.

Ces coopératives sont des établissements d’enseignement supérieurs privés à but non lucratifs.

Cela démontre le sérieux de ces établissements. 
https://www.dges.gov.pt/guias/indcurso.asp?curso=9548

Prétendre que ces établissements et/ou GEDS commettraient des actes de « tromperie » relève de la diffamation et ne démontre, en tout état de cause, que le sentiment de jalousie et de haine qui anime le ou les auteurs de ces propos. 

  

 *         *          * 

 

Enfin, il annonce que GEDS reçoit des « milliers de candidatures chaque année » et que « 400 étudiants feront leurs études à Porto Coimbra et Lisbonne cette année ». C’est également une tromperie, ces chiffres ne sont pas ceux issus de leur recrutement.

 

GEDS :

GEDS a bien reçu des milliers de candidatures en 2019.

Communiqué

Ci-joint un extrait de notre plateforme de candidature côté administrateur (les autres informations ont été masquées pour raison de confidentialité):

 

Nous avons reçu 2.686 candidatures pour la rentrée de septembre 2019 l’an passé.

Communiqué

Sur l’année 2020 au 5 mars 2020 nous avons déjà dépassé le nombre de candidatures de l’an passé soit 2,802 candidatures. 

 

Nous n’avons aucun mérite à cela, c’est la réputation de nos universités partenaires qui font que la demande est de plus en plus forte mois après mois.

  *        *        * 

 

Les pratiques illégales de GEDS

En plus de ces mensonges et de ces pratiques peu scrupuleuses, Gilles Belissa n’hésite pas à contourner la loi pour augmenter le chiffre d’affaires de son entreprise. Par exemple, l’établissement secondaire de Monsieur Belissa à Paris n’est pas déclaré, ni ses salariés. Il s’agit donc d’un travail dissimulé.

 

GEDS :

Bien que répondre à de telles absurdités relève du supplice, nous vous confirmons que la société GEDS est immatriculée au Portugal depuis 2015 sous le numéro 
513581685. Un établissement de GEDS en France a été ouvert en mai 2019 et a dûment été immatriculé auprès du Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le numéro SIREN 
850 781 287.

 

 

  *        *        * 

 

Un service faussement gratuit => Lorsque vous déposer une candidature auprès de nos universités partenaire, les services de GEDS sont TOTALEMENT GRATUITS. Nous sommes à vos coté du début à la fin de votre candidature, nous vous accompagnons dans vos démarches, nous répondons à vos interrogations et nous vous guidons tout au long du processus en toute transparence, impartialité et de manière GRATUITE. Vous n’aurez JAMAIS à versé la moindre compensation financière à GEDS.

 

GEDS :

GEDS est un organisme de conseil des universités. Nous agissons en qualité de prestataire de ces universités. De ce fait, les étudiants n’ont à verser aucune somme à GEDS.

 

*          *        * 

 

Faire ses études à l’étranger, ce n’est pas si mal en fin de compte

Nombreux sont les étudiants à avoir loupé le concours de la PACES (Première année commune aux études de santé) en France et à envisager de continuer leurs études de médecine à l’étranger. La plupart du temps, cette phase de transition est plutôt mal vécue par les étudiants, ce qui est tout à fait compréhensible, je suis également passé par là. Seulement, faire ses études à l’étranger est très bénéfique. Si vous envisagez de partir dans un autre pays pour poursuivre vos études de médecine, prenez le bon côté des choses et ne voyez que le positif.

Bien souvent, les étudiants se lancent dans des études à l’étranger parce qu’ils en ont envie et non parce qu’ils ont échoué à un concours. Si c’est votre cas, il est normal de ne pas être très motivé à partir dans un autre pays pour terminer son parcours scolaire. Dites-vous juste une chose : si votre rêve est de devenir médecin, dentiste ou kinésithérapeute, rien ne doit vous arrêter. Certainement pas un concours français et un numerus clausus injuste. Motivez-vous et faites de cet échec une réussite.

De plus, sachez qu’il existe de nombreuses plateformes d’orientation spécialisées dans les études médicales et paramédicales, sérieuses et compétentes. Pendant mes recherches pour poursuivre mes études après avoir loupé la PACES, je suis tombé sur plusieurs organismes. Je vous recommande de faire attention néanmoins aux organismes que vous choisissez, dans mon cas personnel, GEDS a été la seule mauvaise ombre au tableau.

 

Mon histoire avec GEDS, une plateforme d’orientation d’études médicales au Portugal

Je ne reviendrais pas dessus car je vous parle déjà de GEDS dans un article précédent, mais j’ai effectivement eu une très mauvaise expérience avec GEDS, Grandes Études Européennes de Santé. En effet, lorsque j’ai été recalé au concours de la PACES, j’ai cherché tous les moyens possibles pour réaliser mon rêve d’enfance : devenir dentiste. J’ai donc fait des recherches sur plusieurs organismes d’orientation qui aident les étudiants comme moi. J’ai vu le site de GEDS et d’autres concurrents, mais Gilles Belissa, le fondateur de l’organisme m’a directement contacté sur Facebook et je me suis laissé avoir. J’ai appris par la suite que c’est une méthode qu’il utilisait constamment : appeler directement les étudiants qui viennent voir les pages Facebook de ses concurrents pour augmenter sa « clientèle ».

 

GEDS :

 

Est-il réellement sérieux de penser ou imaginer que GEDS aurait mis en place un système de surveillance des pages Facebook de « ses concurrents » afin de les appeler ? Une telle affirmation n’est pas sérieuse et relève de la paranoïa dont semble être frappés le ou les auteurs de ces propos. 

GEDS n’a ni le temps, ni l’envie, ni le besoin d’aller récupérer des candidats chez des pseudos concurrents. (Lesquels d’ailleurs ? à notre connaissance aucune autre structure en France et/ou au Portugal ne propose les mêmes services ou disposent des mêmes partenariats)

 

 

*          *         * 

 

 

Les études à l’étranger sont un avantage

Partir à l’étranger pour faire ses études est une très belle expérience. Vous vous ouvrez sur le monde qui vous entoure et vous ferez de très belles rencontres. De plus, ce n’est pas aussi onéreux que l’on peut le penser, à condition de bien choisir sa destination. En effet, des pays comme l’Espagne ou le Portugal sont très intéressants d’un point de vue financier. Ils peuvent même se révéler moins chers que notre pays. Et puis, vous pourrez toujours revenir exercer en France une fois votre diplôme en poche, à part si vous tombez amoureux du pays.

 

GEDS :

Les Universités privées espagnoles coûtent jusqu’à 3 fois plus chères que les établissements portugais avec qui nous travaillons. Prétendre qu’il serait intéressant d’un point de vue financier d’aller étudier en Espagne, de la même manière qu’au Portugal, démontre la méconnaissance du sujet par le ou les auteurs de ces propos.

Étant toutefois précisé que les études au sein d’établissement public en France restent bien évidemment moins chères (en termes de frais de scolarité) qu’au Portugal.

 

*          *          * 

 

Ce que GEDS vous cache lors du recrutement

Ancien étudiant en médecine, j’ai été confronté aux méthodes peu scrupuleuses de GEDS. Les Grandes Études Européennes de Santé est un organisme qui permet aux étudiants français de suivre des études de santé dans des établissements portugais. Voulant devenir dentiste et ayant échoué au concours de la PACES en France, je me suis tourné vers GEDS pour réaliser mon rêve et ouvrir mon propre cabinet dentaire. Cependant, je me suis aperçu trop tard des pratiques commerciales trompeuses de Gilles Belissa, représentant de GEDS en France et de toute son équipe de recrutement.

Les mensonges de GEDS lors du recrutement à Paris

Lors de l’entretien de recrutement, qui a lieu à Paris, Gilles Belissa fait croire que le CESPU et l’EGAS MONIZ sont des universités alors que c’est faux. En réalité, ce sont des Écoles supérieures, ce qui est très différent d’une université.

 

GEDS :

 

Nous avons déjà répondu à cet argument qui n’est pas fondé (voir ci-dessus).

 

*          *          * 

 

Ensuite, il prétend avoir des conventions exclusives avec ces écoles portugaises. De ce fait, il trompe les étudiant et les obligent en quelque sorte à passer par GEDS. Or, en matière d’enseignement supérieur, chacun est libre de postuler dans l’école de son choix, sans payer la commission à GEDS.

 

GEDS :

À la différence des écoles et des agents d’universités, GEDS ne perçoit aucune commission des étudiants. 

 

GEDS est directement rémunérée par les universités avec qui nous collaborons, en tant qu’organisme de conseil et de gestion des candidatures internationales. Nos contrats exclusifs sont construits pour simplifier la gestion des candidatures pour les universités et non pas pour augmenter le montant des frais d’études.

 

*          *          * 

 

Le plus important, qui prouve aussi les pratiques commerciales trompeuses de GEDS, est qu’il est indiqué, sur le site web de l’organisme, que son service est gratuit. C’est totalement faux, puisque sur le coût de l’inscription que paient les étudiants aux écoles, il ajoute la somme de 1500 euros pour ses services de recrutement. De plus, cette somme, chaque étudiant doit la payer d’année en année, soit sur une durée de 4 ou 5 ans. Ce qui est très coûteux pour le fait d’avoir simplement constitué un dossier à Paris et l’avoir envoyé au Portugal.

 

GEDS :

 

GEDS ne perçoit aucune somme des étudiants. N’hésitez pas à contacter nos étudiants via les pages Facebook (groupe public) pour qu’ils vous le confirment au besoin : 

 

 

*          *          * 

 

Les activités cachées de toute l’équipe

Gilles Belissa n’est pas le seul à mentir et à cacher des choses aux étudiants. En effet, tout le reste de l’équipe de recrutement dissimule certains éléments.

Par exemple, le Docteur Erick Boccara qui fait passer les tests lors du recrutement est un ancien dentiste qui est en liquidation judiciaire.

 

GEDS :

 

Le Dr Erick Boccara a été enseignant à l’Université PARIS VII Garancière pendant près de 30 ans. Il était également Chirurgien-Dentiste à Paris.  Il est actuellement retraité des universités et de son activité de praticien. Il est aujourd’hui consultant pour GEDS. 

Pour précision, il n’y a aucun test requis dans la procédure de sélection des universités portugaises.

 

 *         *          * 

 

De même, la dernière entreprise de Gilles Belissa, Agora Distribution, a été mise en liquidation judiciaire.

 

Gilles BELISSA :

 

Ce type d’affirmation révèle la mentalité déloyale et la manipulation recherchée par le ou les auteurs du site Internet. Il s’avère en réalité que la société AGORA DISTRIBUTION n’a jamais été ma société. J’y ai simplement travaillé de jusqu’en 2012. Cette société, qui n’existe effectivement plus aujourd’hui, a rencontré des difficultés 5 ans après mon départ. 

 

 *         *          * 

 

Ensuite, le fils du représentant, Simon Belissa n’étudie pas au CESPU ni à l’EGAS MONIZ mais à l’université Fernando-Pessoa, ce qui prouve bien que même lui n’est pas convaincu de l’efficacité de ces formations.

 

Gilles BELISSA :

J’ai déjà répondu à cette fausse allégation ci-dessus.

 

 *         *          * 

 

Enfin, Gilles Belissa exerce illégalement à Paris, où il reçoit les étudiants pour leur faire passer des tests. Il n’a pas déclaré son établissement secondaire à Paris et à Porto, il n’y plus aucun local. De plus, il ne déclare pas à l’URSSAF son personnel, fait du travail dissimulé et fraude.

 

Gilles BELISSA :

J’ai déjà répondu à cette fausse allégation plus haut.

 

 *         *          * 

 

En résumé, GEDS continue d’agir impunément et de mentir aux étudiants qui rêvent d’exercer dans le domaine de la santé. En tant qu’ancien étudiant confronté à ces pratiques douteuses, je vous conseille vivement de ne pas faire confiance à cet organisme. Si vous souhaitez faire vos études de médecine à l’étranger, pour quelque raison que ce soit, tournez-vous plutôt vers des professionnels dignes de confiance. Partir dans un autre pays pour y faire ses études est une expérience enrichissante et inoubliable. Sous aucun prétexte, elle ne doit être gâchée par des personnes peu scrupuleuses qui ne cherchent qu’à vous détrousser. Renseignez-vous bien au préalable afin de partir dans les meilleures conditions.

 

GEDS :

 

Pour finir, nous vous confirmons que les mesures judiciaires nécessaires ont été engagées pour que le ou les auteurs de ces propos – bien que leurs identités ne fassent que très peu de doute – soient officiellement identifiés et condamnés pour leurs nombreuses infractions. 

 

Le sérieux de GEDS n’est plus à prouver. Le nombre de candidats postulant est la preuve de notre notoriété et du sérieux de nos établissement universitaires.

Cependant si vous souhaitez postuler dans d’autres établissements, nous vous invitons à être particulièrement vigilants quant aux pratiques d’organismes ou écoles privées non autorisées, dont les propos susvisés pourraient être destinés à servir leur cause. Il est important que vous vous assuriez que l’organisme que vous choisirez ait des partenariats avec des établissements d’enseignement supérieur reconnus par les autorités du pays concerné.
Si vous choisissez une école assurez-vous d’avoir la preuve que cette école est inscrite à la Direction Générale de l’Enseignement Supérieur du pays concerné et puisse délivrer des Diplômes reconnus par les Conseils des Ordres professionnels concernés.

 

C’est dans un souci de transparence et d’honnêteté que nous nous devions de répondre aux allégations mensongères, diffamantes et dénigrantes contenues sur le site internet litigieux. 

 

GEDS ne fera plus aucun commentaire sur ce sujet afin, d’une part, de laisser la justice faire son travail et, d’autres part, éviter de faire de la publicité ou donner de l’importance aux personnes qui se cachent derrière ces propos.